Partager :

J’aime ça :

You are currently viewing 10 erreurs qui détruisent vos rédactions

10 erreurs qui détruisent vos rédactions

Quelles sont les erreurs les plus récurrentes lors de l’écriture d’un article ou d’un post ?
Que ce soit en dématérialisé ou sur support physique, il peut être facile d’éviter quelques erreurs courantes qui nuisent à la qualité générale d’une rédaction.
Voici 10 pistes pour parfaire vos rédactions, quelles qu’elles soient.
  • 1. L’orthographe et la grammaire. Ce sont les parents de tous les supports écrits. Une idée peut être géniale mais si le contenu est rempli de fautes à ras bord : on abandonne la lecture. Partir à la chasse aux coquilles n’est pas aisé, et vous pouvez être sûr qu’il restera toujours des fautes ça et là ! Le but ici reste de les traquer au maximum : 1 faute pour 500 ou 1000 mots n’est pas impardonnable. Dix fautes, ça le devient !
  • 2. La syntaxe. Le point le plus important d’un travail écrit selon moi. C’est la manière dont vous combinez les mots entre eux. Associez à cela la manière dont vous utilisez les expressions et les significations : c’est la sémantique. Ce travail c’est le tronc de votre écrit, la manière dont vous exprimez ce que vous voulez expliquer. Votre syntaxe c’est ce qui va faire la différence entre un bon texte et un texte raté.
  • 3. La ponctuation. Si vous ne savez pas utiliser les signes de ponctuation à bon escient, votre écrit va souffrir d’un manque de clarté et de rythme. Une astuce facile pour savoir comment bien placer votre ponctuation : réciter la phrase à haute voix pour en mesurer les variations de rythme et voir si elle « sonne » juste. Un élément de ponctuation bien utilisé peut remplacer un mot et donc éviter des répétitions !
  • 4. La structure. Tout texte, aussi simple soit-il doit répondre à un certain schéma. C’est comme ça que vous allez engager votre lecteur à vous suivre jusqu’au bout de votre raisonnement. Un texte qui manque de structure ou dont la structure n’est pas visible peut démotiver un lecteur par manque de compréhension. Tout texte doit être clair et logique d’un simple coup d’oeil.
  • 5. La clarté et la logique. Deux pendants du point précédent : votre texte doit sembler clair rien qu’en le regardant. Il doit donner envie de le lire (surtout sur le web). Pour cela, n’hésitez pas à couper des phrases trop longues ou à faire des sauts de ligne réguliers. L’oeil humain se fatigue beaucoup plus sur un paragraphe interminable que sur des blocs de texte court. Pensez au confort de votre lecteur avant tout !
  • 6. La tonalité du texte. Vous devez bien entendu adapter la tonalité de votre texte à votre public cible. Vous n’utiliserez pas les mêmes mots si vous écrivez un article dans une revue scientifique ou si vous faites un post Instagram. Cela paraît évident dis comme cela, mais ce n’est peut-être pas si facile à faire ! Entraînez-vos à rédiger des textes pour différents groupes de personnes afin de ressentir les différences dans votre expression.
  • 7. Les mots de remplissage (mon préféré !^^). Évitez d’utiliser des expressions orales comme « en fin de compte » ou « en réalité » qui n’apportent strictement aucune valeur au texte. Cela dessert votre propos car ces mots sont vides : ils n’apportent aucune information au lecteur. Épargnez-lui ces mots sans intérêt et concentrez-vous sur la valeur de ce que vous écrivez !
  • 8. Le vocabulaire. C’est l’un des écueils les plus difficiles à corriger puisqu’il en va de la richesse de la langue que vous utilisez. Votre champ lexical doit s’ouvrir ! Cela va vous éviter les répétitions et rendra votre texte plus riche et plus intéressant. Un seul conseil pour palier à cette difficulté : la lecture. Il n’y a que de cette manière que vous allez enrichir votre vocabulaire.
  • 9. La phase de recherche. C’est la partie obscure de tout texte. Si vous avez déjà rédigé un écrit (article ou livre), vous savez qu’il va falloir passer du temps à faire de nombreuses recherches sur le sujet. Et ce, avant même d’avoir écrit une seule ligne ! Votre temps de recherche sera bien sûr inversement proportionnel à la connaissance du sujet pour lequel vous rédigez ! Un seul conseil : soyez curieux de tout, cela vous facilitera le travail plus tard.
  • 10. Le jargon technique. Méfiance avec ce point-là : suivant le type de publication il peut être opportun de glisser du jargon technique dans le papier. Soyez simplement sûr que votre public possède les armes pour décoder votre langage ! Si votre lectorat n’est pas autant renseigné que vous, profitez-en pour expliquer les termes techniques que vous employez.
Je me suis arrêtée aux dix erreurs principales qui jalonnent fréquemment les textes mais il y en aurai beaucoup d’autres !
Et vous, quelle est votre bête noire en rédaction ?
Et quel est l’item sur lequel vous souhaitez vous améliorer cette année ?