Partager :

J’aime ça :

You are currently viewing Les 3 nouveaux sites français inscrits au Patrimoine Mondial de l’Unesco en 2023

Les 3 nouveaux sites français inscrits au Patrimoine Mondial de l’Unesco en 2023

La 45e session élargie du Comité du Patrimoine mondial de l'Unesco vient d'avoir lieu à Riyad, dans le Royaume d’Arabie Saoudite du 10 au 25 septembre 2023.
Les membres de l’Unesco ont alors pu choisir les nouveaux biens inscrits lors des propositions 2022 et 2023.
Pour qu’un site puisse accéder à cette liste, il doit présenter au moins un critère de sélection sur les dix possibles.

Voici les 3 nouveaux biens français inscrits sur la précieuse liste du Patrimoine Mondial de l’Unesco. Ils viennent enrichir la liste des 49 autres sites français déjà classés.

1. Les Volcans et les forêts de la Montagne Pelée et des pitons du nord en Martinique

Ce nouveau bien naturel vient d’être inscrit en 2023 après sa proposition à la liste l’an dernier.
Cet espace naturel, unique dans Les Caraïbes, se compose de trois massifs qui englobent la Montagne Pelée, le Mont Conil et les pitons du Carbet et le morne Jacob. Cet ensemble forestier s’étend sur plusieurs milliers d’hectares et il s’étire sur une altitude comprise entre le niveau de la mer et 1400m d’altitude.

Il est aujourd’hui défini comme un hotspot (point chaud) mondial de biodiversité : il abrite une flore et une faune uniques dans le monde. Il avait d’ailleurs acquis une renommée nationale en 2019 avec son inscription au label Forêt d’Exception©.
Les deux critères qui ont retenu l’attention de l’Unesco ont été le critère géologique et celui de la biodiversité.

La Martinique possédait déjà deux sites inscrits :

  • Depuis 2020 : la yole ronde de Martinique est inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco. Il s’agit d’une embarcation typiquement martiniquaise et unique au monde. Il s’agit ici de valoriser le savoir-faire artisanal d’un peuple.
  • Depuis 2021 : l’ensemble du territoire terrestre et marin de la Martinique, reconnu comme Réserve mondiale de Biosphère. Ce titre mondial invite la Martinique à valoriser ses richesses humaines, naturelles et culturelles sur son territoire.
Le site du Patrimoine Mondial de l’Unesco énonce l’importance de cette inscription :
L’importance mondiale de la montagne Pelée et des pitons du Carbet s’appuie sur la représentation d’éléments, matériel et processus volcaniques. L’éruption de 1902-1905 est considérée comme un événement clé dans l’histoire de la volcanologie qui a eu des conséquences dramatiques pour la ville de Saint-Pierre, aboutissant à la perte tragique de vies et à un patrimoine qui fait partie de la culture de la Martinique. Des espèces menacées sur le plan mondial se trouvent dans ce bien en série, notamment l’allobate de la Martinique (Allobates chalcopis), la couleuvre couresse (Erythrolamprus cursor) et l’oriole de Martinique (Icterus bonana), une espèce endémique.

2. La Maison Carrée de Nîmes, dans le Gard, en France

La Maison Carrée, qui n’a de carré que le nom, est un ancien temple romain hexastyle (car son portique comprend 6 colonnes) achevé au Ier siècle de notre ère.
Cet édifice a été construit à la gloire de Lucius Caesar et de Caius Julius Caesar, les deux petits-fils adoptifs d’Auguste. Il trônait au centre du forum romain, sur une esplanade entourée de portiques aujourd’hui disparus.

Le monument fut d’abord classé monument historique en 1840 avant son inscription à la liste du patrimoine mondial de l'Unesco en septembre 2023. La Maison Carrée de Nîmes est, avec le Panthéon de Rome, l’un des seuls édifices cultuels parvenus intacts jusqu’à nous.

Quelques chiffres pour décrire ce Temple de Nîmes :

  • Construit entre 10 avant J.C. et 4 après J.-C.
  • 31,81m de long sur 15m de large et 17m de haut
  • 30 colonnes de 9m de haut
  • 17 marches pour accéder au pronaos
  • Érigé sur un podium de 2,65m
  • 19 ans de restauration cumulés
Le site du Patrimoine Mondial de l’Unesco nous invite à comprendre pourquoi ce site est désormais classé :
Érigée au Ier siècle de notre ère dans la colonie romaine de Nemausus – l’actuelle ville de Nîmes en France –, la Maison Carrée est un des premiers exemples de temple romain qui peut être associé au culte impérial dans les provinces de Rome. Dédié aux héritiers d’Auguste, prématurément décédés, les Princes de la jeunesse, cet édifice promulgua le contrôle de Rome sur le territoire qu’elle avait conquis, tout en annonçant de manière symbolique l’allégeance de la population de la ville de Nemausus aux descendants de la dynastie d’Auguste. Le programme architectural et la décoration soigneusement élaborée communiquaient symboliquement le programme idéologique d’Auguste, qui fit basculer la Rome antique de la république à l’empire, ouvrant ainsi un nouvel âge d’or connu sous le nom de Pax Romana.

3. Les sites funéraires et mémoriels de la Première Guerre mondiale en France et en Belgique

Ce nouveau bien culturel vient d’être inscrit en 2023 grâce à un travail conjoint mené par la France et la Belgique dès le début des années 2010. Le centenaire de la commémoration de la Grande Guerre a accéléré la volonté de partage et de transmission de la mémoire mondiale aux générations futures.
Les organismes de soutien, chargés de la gestion et de la valorisation de ces sites, qu’ils soient français, allemands, belges ou bien américains, ont grandement participé à l’aboutissement de ce projet, vieux de plusieurs années.

Ce sont ainsi 139 sites funéraires et mémoriels français, allemands, belges, américains et du Commonwealth qui se sont vus inscrits sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Unesco en 2023. Ils sont répartis entre :

  • La France avec 96 sites dans les Hauts-de-France, en Île-de-France et dans le Grand-Est
  • La Belgique avec 43 sites en Flandre et Wallonie
Parmi tous ces sites, 45 sont des nécropoles françaises et 6 sont des cimetières militaires français situés en Belgique.
Les autres sites sont des cimetières militaires représentant les pays engagés dans la Première Guerre mondiale ainsi que des monuments et des mémoriaux.
Le site du Patrimoine Mondial de l’Unesco met en avant les critères qui ont retenu son attention pour cette inscription :
Les sites de ce bien en série transnational se trouvent le long du Front Ouest de la Première Guerre mondiale, où les forces allemandes et alliées s’affrontèrent entre 1914 et 1918. Situés entre le nord de la Belgique et l'est de la France, les éléments constitutifs du bien sont de tailles variées et incluent aussi bien de vastes nécropoles, abritant les dépouilles de dizaines de milliers de soldats de plusieurs nationalités, que des petits cimetières plus simples, ou des monuments commémoratifs uniques. Les sites comprennent différents cimetières militaires, notamment situés près de champs de bataille et d'hôpitaux, souvent associés à des monuments commémoratifs.
Sur les 52 sites français inscrits au Patrimoine Mondial de l’Unesco, combien en avez-vous déjà visités ? Prévoyez-vous d’en visiter au moins un sur l’année 2024 ? Voilà de belles découvertes en perspective à organiser pour vos prochains week-end et/ou vacances !

Crédits photos :
La Montagne Pelée : © DEAL Martinique J.B. Barret
La maison carrée de Nîmes : Krzysztof Golik
Le cimetière militaire du Commonwealth de Saint-Symphorien. Les Stèles allemandes © AWaP Guy Focant