Partager :

J’aime ça :

You are currently viewing L’essor de l’architecture thermale au XIXe siècle

L’essor de l’architecture thermale au XIXe siècle

L’architecture thermale prend ses quartiers dans des villes côtières ou montagnardes. Elle porte donc également le nom d’architecture balnéaire. On parle même souvent du style balnéaire pour la qualifier. Elle prend naissance au XIXe siècle et poursuit son ascension jusqu’à la Belle Époque, au début du XXe siècle.

L’architecture thermale ou le style balnéaire ?

L’architecture thermale est confondue et mêlée au style balnéaire car ce sont deux styles architecturaux qui :

  • sont nés en même temps
  • sont liés aux mêmes villes
  • sont semblables dans leur style architectural
  • empruntent des éléments stylistiques aux époques qu’ils traversent

L’essor de ces deux types d’architectures s’est déroulé quasiment en même temps, sur le même siècle. Ce style composite est une combinaison d’inspirations diverses piochées dans les différents styles au cours des époques d’édification des bâtiments :

  • Des éléments orientalisants comme les boiseries pour l’aspect exotique.
  • Des céramiques colorées et des décorations de mosaïques pour le côté hygiéniste.
  • Des éléments de décor romantique ou Art nouveau pour l’ancrage dans le XIXe et le XXe siècle.
  • Un style régionaliste présent dans la majorité des créations architecturales.

L’exemple architectural Allemand avec la Bäderarchitektur et la Kurarchitektur

La France n’est pas le seule à posséder ce style balnéaire, les Allemands, par exemple, l’ont eux aussi. Cela s’appelle la Bäderarchitektur et cela s’applique au même courant stylistique que chez nous. Ce nom permet de regrouper les villas de stations balnéaires allemandes présentes sur la côte baltique. Cette appellation s’est faite à posteriori comme pour beaucoup de périodes stylistiques en histoire de l’art mais on note son apparition en Allemagne à l’orée du XIXe siècle. Les temps de passage sont donc quasiment les mêmes qu’en France. La volonté de préserver cette identité historique forte est exactement la même que sur notre territoire.

Les Allemands font la distinction avec la Kurarchitektur qui est le terme exact qui qualifie l’architecture thermale des centres de curistes établis sur les rives des lacs d’Europe centrale (notamment en Autriche ou en Suisse). Les deux types d’architectures (balnéaire et thermale) sont liés par le siècle de naissance mais aussi par l’intérêt des touristes de l’époque qui aimaient profiter d’une cure thermale dans un environnement propice à la détente et au repos. C’est ainsi que les premières stations balnéaires et les villes thermales sont nées dans toute l’Europe.

L’architecture thermale se prolonge du XIXe siècle au XXe siècle

L’essor des villes balnéaires va de pair avec l’essor de l’architecture thermale. Certaines villes thermales vont voir le nombre de curistes se multiplier par dix au milieu du XIXe siècle, preuve de l’engouement des voyageurs pour ce type de séjour bien-être. Il a donc fallu revoir le nombre et la capacité des infrastructures existantes et les adapter pour accueillir toujours plus de voyageurs en quête de thermalisme.

La populari du thermalisme est étroitement liée à la construction de lignes ferroviaires qui vont desservir ces villes côtières et montagneuses auparavant inaccessibles au plus grand nombre. Replongeons-nous à une époque où la grande majorité des voitures étaient toujours conduites par des chevaux ! Les voies ferrées permettent donc de désenclaver ces nouvelles villes balnéaires qui se créent en même temps que le train arrive à elles. Pour le plus grand bonheur des curistes français mais également étrangers !

L’architecture thermale est restée liée à la Belle Époque

Pour nombre d’entre-nous, architecture thermale rime avec Belle Époque. C’est parce que cette période va voir fleurir le nombre d’infrastructures liées à la santé et au bien-être : préventorium, sanatorium, bain-douche, station thermale… Les initiatives des grandes villes précèdent celles des petites villes de campagne. Toutes les municipalités veulent alors se doter d’infrastructures hygiénistes pour leurs administrés. Un élan hygiéniste que la Grande Guerre et la Grande Dépression ralentiront jusqu’à leur quasi extinction.

Cet élan hygiéniste a grandement aidé les villes balnéaires à voir le jour sur les côtes françaises, Arcachon en fer-de-lance d’une époque. Les régions de montagne comme la Savoie, la Lorraine, toute la chaîne pyrénéenne et l’Auvergne développent également leurs villes d’eaux grâce à leurs stations thermales. Pour l’Auvergne cela regroupe les stations du Mont-Dore, de La Bourboule, de Saint Nectaire, de Royat-Chamalières et bien sûr de Vichy, la reine des villes d’eaux dans l’Allier.

Les équipements spécifiques des villes thermales

L’influence architectural d’une station thermale rejaillit sur tous les équipements de la ville, imprégnant l’architecture des villas privées mais également l’urbanisme avec la création de promenades dédiées autant aux curistes qu’aux touristes. Les villes thermales sont ainsi passées de simple destination bien-être à des lieux de villégiature privilégiée pour la riche clientèle de France et d’Europe.

Il devient donc nécessaire de doter ces villes des meilleures infrastructures et des meilleurs équipements possibles, destinés à contenter une clientèle raffinée et aisée. En 1806, une loi autorise d’ailleurs l’ouverture des casinos au sein des villes thermales et balnéaires uniquement. C’est pour cette raison que, de nos jours, les casinos sont encore uniquement présents en bord de mer ou auprès d’une station thermale. L’implantation historique des casinos est donc un héritage du début du XIXe siècle qui continue de marquer durablement nos territoires.

Des villas, des hôtels et des gares pour accueillir les riches curistes

Nous l’avons vu dans la partie précédente, l’essor des villes thermales est étroitement lié à l’arrivée du chemin de fer. Les villes ont donc du se doter d’infrastructures ad hoc, telles que des gares et des complexes hôteliers pour accueillir tous ces curistes et ces riches voyageurs. De nombreuses villas privées ont également vu le jour afin d’accueillir les clients les plus fortunés.

Des promenades et des parcs pour entourer la station thermale

Les complexes thermaux se dotent de véritables infrastructures pour prolonger l’expérience de bien-être même en-dehors de l’établissement : les parcs, les promenades, les fontaines et les belvédères participent à la détente des clients en leur offrant une expérience complète de détente et de repos. L’urbanisme des villes thermales s’en est trouvé durablement changé, perdurant jusqu’à nos jours.

Des golfs, des casinos et des hippodromes pour divertir les touristes thermaux

Le nombre de casinos, de théâtres, de cinémas ou bien encore de golfs a explosé durant cette période. C’est pour cette raison qu’aujourd’hui encore, les villes thermales sont souvent auréolée d’équipements dédiés à une clientèle fortunée, capable de dépenser ses billets dans des passions coûteuses. C’est aussi ce qui fait le charme de nos cités thermales françaises car, lorsqu’on les visite, il en ressort toujours un goût de Belle Époque !

Laisser un commentaire